jeudi , 23 novembre 2017
LES INCONTOURNABLES
Accueil > Histoire > Habitats Provençaux

Habitats Provençaux

Habitat ProvençauxHabitats Provençaux

La Provence contient une dizaine de types d’habitats, certains servant à la famille, d’autres purement professionnels, cependant tous riches d’histoires dès leur origine. On y trouve : 

 

  • L’habitat perché qui est un habitat considéré comme typiquement provençal, il est surtout typiquement méditerranéen. Ces villages- sis sur leur « acropole rocheuse »- ayant gardé leur aspect médiéval, forment un véritable front de fortification par l’orientation des façades de leurs maisons (vers la vallée ou la voie de communication). Leur origine préhistorique est quelquefois soulignée, leur toponymie étant confirmée puisque des villages perchés comme Les Baux-de-Provence ou le Beaucet par exemple, tirent leur nom de l’oppidum; du baus (rocher escarpé en provençal), ou du roc sur lequel ils étaient primitivement installés.
  • L’habitat dispersé : il se trouve essentiellement dans les terres fertiles des vallées du Rhône et de la Durance. Il correspond donc à la plaine d’Arles, y inclus la Camargue, avec de grands domaines aux terres d’un seul tenant, spécialisés dans la culture des céréales et dans l’élevage avec de vastes pâturages.
  • l’habitat troglodytique : il pouvait être l’occupation des grottes naturelles (le plus souvent due au pastoralisme, et au besoin des bergers d’abriter et de loger leurs troupeaux), ou creusé par l’homme (celui-ci avait pour vocation l’habitat et l’usage agricole).
  • L’habitat en hauteur : qui se retrouve essentiellement dans un village, superpose sous un même toit suivant une tradition méditerranéenne, le logement des humains à celui des bêtes. La maison en hauteur se subdivise en une étable-remise au rez-de-chaussée, un logement sur un ou deux étages, et un grenier dans les combles. Elle était le type de maison réservée aux paysans villageois qui n’avaient que peu de bétail à loger.
  • L’habitat à terre : Compartimenté dans le sens de la longueur, ce type de maison représente un stade d’évolution plus avancé que la « maison en hauteur ». Il est caractéristique de l’habitat dispersé, c’est l’habitation traditionnelle des pays de « riche culture ». Ce type de maison est divisé en deux parties très distinctes dans le sens de la longueur. Le rez-de-chaussée est occupé par une salle commune dans laquelle est intégrée la cuisine. Très souvent se trouve à l’arrière un cellier contenant la réserve de vin et une chambre. Un étroit couloir, qui permet d’accéder à l’étage, sépare cet ensemble de la seconde partie réservée aux bêtes. Celle-ci se compose, dans la plupart des cas, d’une remise qui peut servir d’écurie et d’une étable. L’étage est réservé aux chambres et au grenier à foin qui correspond par une trombe avec l’étable et l’écurie. Alors qu’aucune maison en hauteur ne disposait de lieu d’aisance, la maison à terre permet d’installer ces « lieux » à l’extérieur de l’habitation.
  • L’habitat à cour : Ce type d’habitation est composé de bâtiments et de dépendances ordonnés autour d’une cour centrale. Cet ensemble est caractéristique des grands domaines céréaliers et prend souvent l’aspect d’un château avec des murs flanqués d’échauguettes et des tours d’angle. Il est adapté à une vie agricole où le climat n’impose pas une grange pour engranger les javelles de blé avant le dépiquage. Seul est rentré le fourrage. 
  • L’habitat à tours : C’est le style des grandes maisons seigneuriales qui va traverser les siècles même après la Renaissance. Il s’agit de bâtisses isolées, avec ou sans cour intérieure, dont la façade est flanquée de deux tours, ou qui est protégée par quatre tours d’angle. En Camargue, l’architecture s’est faite plus modeste puisque ces maisons fortes se contentent le plus souvent de sentinelles ou d’une tour dominant la toiture. La fortification des maisons de campagne est une pratique fort ancienne. C’est un héritage romain rappelant l’architecture des villas romaines protégées par des tours.
Habitat Provençaux
Print Friendly, PDF & Email

Consultez aussi

Au diable Vauvert L’origine de ces fameuses expressions

Au diable Vauvert L’origine de ces fameuses expressions On dit que l’on va au diable …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *