mardi , 26 septembre 2017
LES INCONTOURNABLES
Accueil > Histoire > Marquis de Baroncelli

Marquis de Baroncelli

Le Marquis de Baroncelli, dit:

Marquis de BaroncelliFolco de Baroncelli-Javon, était un écrivain et un manadier camarguais, né à Aix-en-Provence, qui vécut du 1er Novembre 1869 au 15 Décembre 1943. Il descendait d’une vieille famille florentine installée depuis le XVe siècle à Avignon dans le palais de Baroncelli, appelé plus récemment « palais du Roure ».
De par son père, le Marquis de Baroncelli était d’origine toscane et de tradition gibeline, possédant depuis le début du XVIe siècle le marquisat et le château de Javon. Il fit ses études à Nîmes, alors ville taurine et capitale des félibres, où il rencontra Frédéric Mistral et Joseph Roumanille. En 1895, lou Marqués (le Marquis), comme on l’appellera désormais, se rendit en Camargue où il monta une manade, la Manado Santenco (Manade saintine aux Saintes-Maries de la Mer).
Après plusieurs allées et venues, le Marquis de Baroncelli s’installa définitivement aux Saintes en 1899, 
étant locataire du mas de l’Amarée, alors propriété de monsieur Allègre. En 1905, il fit connaissance de Joe Hamman (acteur et réalisateur français), puis de Buffalo Bill (directeur de théatre populaire), à l’occasion d’une représentation de la troupe américaine à Nîmes. Ayant noué une relation d’amitié avec ce dernier, le Marquis de Baroncelli proposa les services de ses gardians qui participèrent aux spectacles de Buffalo Bill, avec les Indiens et les cows-boys, puis à partir de 1909 il mit à disposition d’Hamman ses gardians et ses taureaux pour des films tournés en Camargue.

Dès le début du XXe siècle, le marquis de Baroncelli  s’attella avec d’autres à la reconquête de la pure race Camargue et participa activement à la codification de la course camarguaise naissante. Le 16 Septembre 1909, il créa la Nacioun gardiano (la « Nation gardiane »), qui a pour objectif de défendre et maintenir les traditions camarguaises.

Mobilisé, il fut profondément affecté par les carnages de la guerre de 1914-1918, et à la suite de propos anti-militaristes qui auraient pu lui valoir le peloton d’exécution, il fut interné au fort de Peccais. À la fin de la Guerre, Jeanne de Flandreysy racheta le palais du Roure, sauvant ainsi le marquis d’une ruine; elle l’incita à cette époque à écrire…

En 1924, le Marquis de Baroncelli demanda à Hermann Paul de dessiner la croix camarguaise qui symbolise la Nacioun gardiano. La croix originelle fut réalisée par Joseph Barbanson, forgeron aux Saintes-Maries-de-la-Mer, et inaugurée le 7 juillet 1926 sur un terre-plein de l’ancienne sortie Sud-Est de la ville. En 1930 les Saintois lui offrirent un terrain sur lequel il construisit une réplique du mas de l’Amarée, le mas du Simbèu (littéralement « signe », « enseigne », « point de mire », nom donné au vieux taureau, chef du troupeau).

Le marquis de Baroncelli soutint également les gitans et leur pèlerinage, et c’est à sa demande que l’Archevêque  Monseigneur Roques accepta que la statue de la patronne des gitans, Sara, soit pour la première fois amenée jusqu’à la mer, en 1935…

La fin des années 1930 ne fut pas très heureuse pour le marquis de Baroncelli et la guerre de 1939-1945 lui sera en quelque sorte fatale: il tomba gravement malade quelque temps avant cette tragédie, puis les Allemands s’installèrent en 1942 dans son mas, réquisitionné en janvier 1943. Finalement expulsé, le Marquis dû s’installer dans le village même des Saintes. Affaibli par la maladie et terriblement attristé, il mourrut le 15 Décembre à Avignon.

Son mas Lou Simbèu fut détruit à l’explosif en 1944 par les troupes allemandes lorsqu’elles quittèrent le pays. Les cendres du Marqués furent transférées dans un tombeau à l’endroit même où se trouvait le mas, conforme à sa volonté:

Lorsque je serai mort, quand le temps sera venu, amenez mon corps dans la terre du Simbèu, ma tête posée au foyer de ma vie, mon corps tourné vers l’église des Saintes, c’est ici que je veux dormir

Marquis de Baroncelli
Print Friendly, PDF & Email

Marquis de Baroncelli

Votes

AVIS

"Le Marquis de Baroncelli" Folco de Baroncelli-Javon était un écrivain et un manadier camarguais, né à Aix-en-Provence, qui vécut du 1er Novembre 1869 au 15

User Rating: 4.42 ( 5 votes)

Consultez aussi

Au diable Vauvert L’origine de ces fameuses expressions

Au diable Vauvert L’origine de ces fameuses expressions On dit que l’on va au diable …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *