samedi , 25 novembre 2017
LES INCONTOURNABLES
Accueil > Histoire > Les Saintes Maries

Les Saintes Maries

Les Saintes Maries

Les Saintes Maries

Les saintes Maries ou Trois Maries étaient trois femmes disciples de Jésus, femmes ayant aussi assisté à sa crucifixtion alors que les disciples s’étaient enfuis. Il y eut:

Marie-Jacobé:

elle serait l’épouse de Clopas (également nommé Alphée, frère de Joseph, et donc oncle de Jésus); Elle serait aussi la mère de Jacques le petit, de Joseph, de Simon et de Jude , tous disciples de Jésus. Elle a assisté aux derniers moments de Jésus et constaté sa résurrection.

Marie Salomé:

également nommée Salomé (de l’hébreu, qui vient de Shalom, signifiant “la paix”). Elle est identifiée comme étant la femme de Zébédée, la mère de Jacques et de Jean (Saint Jacques dont le pèlerinage a lieu à Compostelle et Saint Jean qui fut éxilé à Pathmos où il écrivit le livre l’Apocalypse dans la Bible). Elle est parfois aussi appelée la Myrophore (du grec muron, « parfum liquide » et du verbe phoreo, « porter ». Qui porte du parfum liquide), parce qu’elle fut l’une des femmes qui accompagnèrent le Christ au tombeau pour embaumer et oindre son corps.

Marie Madeleine:

Madeleine ou encore Marie de Magdala fut désignée comme le premier témoin de la Passion du Christ et de la Résurrection, chargée d’en prévenir les apôtres. Elle fut également considérée par l’église catholique comme ne faisant qu’un avec Marie de Béthanie (la sœur de Marthe et de Lazare) ainsi qu’avec la pécheresse qui oint le Christ de parfum et qui fut délivrée par Jésus de sept démons.

Les hagiographes nous révèlent un débarquement en Camargue des trois Marie, accompagnées d’un groupe comprenant Marthe, Lazare le ressuscité, Maximin, Sidoine l’aveugle qui deviendra saint Restitut, et Joseph d’Arimathie, porteur du Saint Graal. Chassés de Palestine et placés dans une barque sans voile ni rame, ils furent poussés par les courants vers le delta du Rhône où ils s’échouèrent vers l’an 48. Là, ils furent accueillis par Sara la noire qui se mit au service des Maries. Seules resteront sur place Marie Salomé, Marie Jacobé et Sara, les autres compagnons se disperçant pour propager l’ évangile à travers la Provence. Elles y moururent et l’endroit où elles furent ensevelies aux Saintes-Maries-de-la-Mer devint un important lieu de culte et de pèlerinage, ainsi qu’une halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, fils de Marie Salomé.

L’ écrivain Jean-Paul Clébert suggéra que le culte des trois Maries où s’effectue une procession à la mer, s’est substitué à un antique culte rendu aux trois Matres, divinités celtiques de la fécondité. En Camargue, l’immersion rituelle dans la mer obéit à une tradition séculaire. Déjà au XVIIe siècle, les Camarguaises et Camarguais se rendaient à travers les bois et les vignes, sur la plage, alors éloignée de plusieurs kilomètres de l’église des Saintes, et se prosternaient à genoux dans la mer. Le rite de la procession à la mer se rattache aux processions agraires et purificatrices qui nous ont été conservées par les fêtes des Rogations et du Carnaval…

Print Friendly, PDF & Email

Consultez aussi

Au diable Vauvert L’origine de ces fameuses expressions

Au diable Vauvert L’origine de ces fameuses expressions On dit que l’on va au diable …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *