samedi , 23 septembre 2017
LES INCONTOURNABLES
Accueil > Patrimoine naturel > La plaine de la Crau

La plaine de la Crau

La Plaine de la CrauLa plaine de la Crau

La Crau ou plaine de la Crau est un paléo-delta de la Durance proche de la Camargue, dans le département des Bouches-du-Rhône. Elle forme un triangle d’environ 600 km² entre Arles, Salon-de-Provence et le golfe de Fos. La Crau est délimitée à l’Ouest par le delta du Rhône, au Nord par le massif des Alpilles, au Sud-Est et au Sud par l’étang de Berre et la mer Méditerranée. C’était historiquement une pelouse pastorale aride, formant une végétation unique nommée coussoul ou coussous, aujourd’hui fragmentée et réduite, constituant la Crau sèche, dernier habitat de type steppique d’ Europe occidentale. La partie Nord de la Crau, qui fut irriguée à partir du XVIe siècle par le canal de Craponne et mise en culture, forme la Crau humide qui donne un foin réputé, premier fourrage à avoir obtenu une AOC, le foin de Crau.

La plaine de la Crau a été formée au Quaternaire par apports d’alluvions qui se sont déposés dans un ancien delta de la Durance, lorsque celle-ci était un fleuve se jetant dans la Méditerranée, passant alors au Sud des massifs des Alpilles et du Luberon. La mer pénétrait profondément à l’intérieur de cette zone et couvrait la région de la Crau de sédiments. Lorsqu’elle régressa jusqu’à – 30 m au-dessous de son niveau actuel, la Durance forma un vaste cône de déjection de cailloutis. Celle-ci ayant emprunté successivement plusieurs passages, il s’ensuit plusieurs phases dans les dépôts alluvionnaires, d’où la distinction entre « vieille Crau » (ou Crau d’Arles) et « jeune Crau » (ou Crau du Luquier et Crau de Miramas).

La Crau est pâturée au moins depuis les temps antiques, comme l’attestent les récentes découvertes archéologiques et notamment de nombreuses bergeries romaines. L’élevage ovin est encore une activité importante de la région, avec un système de transhumance vers les Alpes. La race ovine locale est le Mérinos d’Arles, élevée pour la laine et les agneaux. Profitant de la réserve d’eau simple d’accès que constitue la nappe phréatique, des cultures intensives maraîchères (céréales, melons…) et des vergers se sont implantés dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Des traces attestent de la présence humaine dès le néolithique. Des ruines de bergeries du XVIIIe siècle sont encore présentes, souvent à proximité des bergeries romaines, les galets ayant été réutilisés d’une époque à l’autre. Des amoncellements de cailloux sous forme de cônes régulièrement disposés ont été mis en place au cours de la Seconde Guerre mondiale par les Allemands qui occupaient la Provence à cette époque. (L’objectif était d’empêcher l’atterrissage de planeurs ou d’avions derrière les lignes, en cas de débarquement des Alliés…)

La flore de la Crau a dû s’adapter à des conditions écologiques très variées et souvent extrêmes, d’où sa très grande diversité actuelle. On peut distinguer plusieurs zones assez homogènes: la garrigue à chêne vert, les milieux humides et la steppe caillouteuse. Par ailleurs sur l’ensemble de la Crau on trouve dix espèces végétales classées dans l’inventaire des plantes protégées. La faune de la Crau sèche est unique en France: riche en insectes dont on estime le nombre à 64 000 individus par ha, de nombreuses espèces, notamment d’oiseaux, sont typiques des steppes, de la péninsule ibérique ou de l’Afrique du Nord. On y trouve des arthropodes tels que les tarentules, les scolopendres méditerranéennes, les criquets marocains et rhodaniens et les coléoptères (Buprestes de Crau). On y trouve également des reptiles tels que le lézard ocellé, plus grand lézard d’ Europe long de 65cm, et la couleuvre de Montpellier. Quant à l’avifaune, c’ est un des groupes les plus exceptionnels et les plus menacés du patrimoine naturel de la Crau qui constitue en particulier la seule localité française de nidification de deux espèces d’oiseaux: le Ganga cata et le Faucon crécerellette.

La valeur écologique et patrimoniale du coussoul a été prise en compte à partir des années 1970, et plusieurs outils de protection ont été mis en place. L’habitat est aujourd’hui intégré au réseau Natura 2000 et la Réserve naturelle nationale des Coussouls de Crau a été créée en 2001. Mais cette protection partielle n’empêche pas la poursuite de l’aménagement de la Crau par divers projets incompatibles avec sa biodiversité et son paysage uniques.

[gmap address=”saint martin de crau”]

La plaine de la Crau
Print Friendly, PDF & Email

Consultez aussi

Le mont Ventoux

Le mont Ventoux

Le mont Ventoux est un sommet de France situé en Provence, atteignant 1 911 mètres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *